L‘histoire du Père Castor est intimement liée à Meuzac.

C’est là que l’équipe de Paul Faucher, fondateur de la maison d’éditions du Père Castor, s’est retirée pendant la guerre pour poursuivre en toute liberté l’élaboration de son programme d’édition.

« Paul Faucher a créé une méthode d’enseignement pour apprendre dans la joie, raconte Adeline Fumet, attachée de presse de l’association, pour donner aux enfants le goût d’entreprendre et leur apprendre à vivre avec leurs différences ». Pierre Dominique Parent, membre du comité d’éthique de l’association qui, par ailleurs, fait partie de France Editions (organisme de promotion du livre français), rajoute que « la collection du Père Castor à présent connue dans le monde entier, était très novatrice, tant dans son format que dans son graphisme avec des textes qui permettaient aux enfants de se situer dans leur contexte. Ce sont les premiers livres qui déniaisaient la librairie enfantine ».

La maison d’éditions du Père Castor existe toujours. L’objectif de l’association des Amis du Père Castor, créée en 1996 par François Faucher, fils du Père Castor, est d’assurer la pérennité de l’esprit du fondateur et d’élaborer un centre de littérature enfantine (la  maison du Père Castor basée sur l’univers de sa collection.

Un lieu vivant

La deuxième assemblée générale de l’association s’est tenue samedi 17 Février 2001 à 15 heures dans la salle polyvalente de Meuzac. A l’ordre du jour. outre 1es formalités d’usage, la nouvelle conception de la maison. du Père Castor a été présentée.

En première mouture, il était prévu de réaménager l’ancien moulin de Forgeneuve. Mais, pour des raisons de sécurité, Guy Montet, président du SIVU (Syndicat Intercommunal à vocation unique) et maire de Meuzac, a fait part de la décision d’opter « pour la construction d’un bâtiment neuf plus vaste, mieux adapté et présentant toutes les garanties de sécurité ». Il s’agit d’une salle de culture, d’expositions permanentes et temporaires qui s’inscrit dans « le cadre des relais du livre en campagne ».

« L’enjeu n’est pas de créer un conservatoire, souligne Pierre-Dominique Parent, mais un lieu vivant. Concernant l’architecture du bâtiment, le comité d’éthique veillera à ce que la forme soit on rapport avec le fond, l’esprit qui animait cet homme d’avant-garde ». De plus, « le bâtiment est intégré à un terrain d’aventure, explique Français Faucher, conçu comme un trait d’union entre le rêve et la réalité ». Ce terrain d’aventure comportera un labyrinthe ainsi que des structures destinées à inciter les enfants à construire des cabanes, des barrages sur la rivière pour installer des moulins, des ruches pédagogiques, etc. “Nous espérons que les scolaires viendront classe par classe, reprend François Faucher, du canton, de la région, voire même d’ailleurs. Le projet est financé par les conseils général et régional, l’État peut-être l’Europe, et le SIVU (20 % du montant total). Le bâtiment devrait voir le jour d’ici deux ans. Après six ans d’étude, c’est une finalisation qui correspond aux moyens et aux besoins locaux».

En clôture de cette assemblée, les participants ont assisté à une évocation par Jan dau Melhau de la poétesse limousine Marcelle Delpastre et à un concert par la chorale de Saint-Yrieix.

P-M. LE GALLO. (Le Populaire du Centre )

 

 

 Lors de l’assemblée générale de l’Association des Amis du Père Castor, Guy Montet a annoncé qu’il s’agirait d’un bâtiment neuf.

Le Père Castor aura sa Maison